Catégories
Uncategorized

On achève bien la pédopsychiatrie

Alors que la télévision lance la série « En thérapie » (E. Toledano et O. Nakache) sur Arte montrant l’intérêt qu’une partie de la société civile présente pour cette question, les politiques en sont toujours aux effets d’annonce, refusant de voir l’étendue de la souffrance d’un peuple durement éprouvé par les traumatismes d’un monde violent et en pleine mutation. Alors que la détresse des étudiants et celle de leurs parents est largement relayée par la presse (i), la réponse des pouvoirs publics n’est pas à la hauteur (ii). Comme de nombreux acteurs de la société civile (iii), nous nous demandons légitimement : que se passe-t-il ? Qui, parmi les dirigeants politiques, se soucie de son peuple et de ses souffrances ?

Nos élus et les hauts fonctionnaires d’Etat ne peuvent pas dire qu’ils ne savent pas. Les équipes de pédopsychiatrie sont en grande souffrance. Chaque semaine, avec chacune des équipes de CMPE (Centre Médico-Psychologique pour Enfants et adolescents) dans laquelle je travaille, nous nous astreignons à ce qui est devenu une séance de torture collective : nous étudions les dernières nouvelles demandes. Par exemple, Eva, une jeune fille de 16 ans est adressée par l’infirmière de son lycée, elle est désespérée, son père vient de se pendre, elle se scarifie les bras et va de moins en moins souvent en cours. Par exemple, Maé, un petit garçon de cinq ans est adressé par la psychologue scolaire, car il se réveille plusieurs fois par nuit, il hurle souvent, il aligne les jouets sans écouter la maitresse et tourne en rond dans la cour sans entrer en contact avec les autres. Par exemple, Kilian, un enfant de 12 ans est adressé par son médecin traitant, il dit être harcelé au collège, il fait des cauchemars et a beaucoup maigri…

À toutes ces demandes, nous ne proposons aucun rendez-vous.

Nous ne le pouvons pas.

La honte nous submerge à la fin de chaque exposé de la demande pour un enfant souffrant. Pourtant chaque soignant a déjà en tête comment il pourrait s’y prendre pour aider cet enfant. Mais il baisse les yeux, il est déjà épuisé par les prises en charge en cours. Il ne pourra pas aller plus loin dans sa surcharge chronique de travail, il ne pourra rien ajouter à son planning lourd de situations si préoccupantes : les sorties d’hospitalisations en pédopsychiatrie ou en pédiatrie, les situations graves de l’Aide Sociale à l’Enfance (enfants battus, violés, maltraités…), les enfants qui relèvent d’hôpitaux de jour, d’IME (Institut Médico-Educatifs) ou d’ITEP (Institut Thérapeutique, Educatif et Pédagogique) et qui n’y ont pas encore de place car ces services sont saturés, les enfants d’IME et d’ITEP qui y ont trouvé une place mais qui ont besoin d’un psychiatre faute de psychiatre en interne, les enfants adressés par d’autres collègues pédopsychiatres car les familles ont déménagé, les anciens patients qui font une rechute…

Donc chaque semaine, voire souvent deux fois par semaine, se répète pendant une petite heure ce qui a toutes les caractéristiques d’une séance de torture mentale. La secrétaire nous lit la demande, nous raconte la mère qui a pleuré de désespoir au téléphone, les parents au chômage qui ne peuvent pas payer les séances en libéral, la recherche éperdue d’une orthophoniste, les parents qui sont venus eux-mêmes soutenir la demande pour leur enfant et qui ont fait comme une première consultation dans le bureau de la secrétaire. Chaque lecture d’une nouvelle de demande se fait tête

basse pour chacun, la secrétaire cherche nos regards, elle ne veut pas être seule devant ce raz-de- marée de désespoir. Nous sommes broyés par la situation d’Eva, de Maé, de Killian et des nombreux autres enfants des semaines précédentes, mais nous savons à l’avance que nous n’y pourrons rien. Nos réponses sont robotisées d’une réunion à l’autre : les adresser en libéral qui se trouve saturé lui aussi, ou bien au point Ecoute-Jeune de la ville voisine, ou bien à la maison des adolescents de Grenoble où nous savons qu’ils n’iront pas car la distance et les difficultés de mobilité en rendent l’usage restrictif. La culpabilité devient l’élément central de nos réunions dites cliniques. Comme Sophie dans le livre de William Styron nous pouvons nous dire le soir en tentant de nous endormir : « je me sens tellement coupable de toutes les choses que j’ai faites là-bas. Et même d’être encore en vie. Cette culpabilité est quelque chose dont je ne me délivrerai jamais. Jamais ». Ainsi la culpabilité de laisser chaque semaine tant d’enfants en souffrance, nous plonge à notre tour dans la souffrance. Certains en deviennent très malades : cancer, burn-out, dépression… Une consultation des risques psychosociaux s’est mise en place récemment dans notre hôpital pour essayer de prendre en compte la souffrance de celles et ceux qui sont empêchés de remplir leur mission.

Alors que penser lorsque notre président du Conseil national de L’Ordre des médecins, le Dr Patrick Bouet, affirme dans son éditorial du Bulletin 70 de l’Ordre national des médecins (nov-déc 2020, p.3) : « Nous vivons depuis bientôt dix mois une crise sanitaire, économique et sociale, sans précédent […] Nous ne tolèrerons pas que nombre de nos citoyens puissent être abandonnés demain aux portes des soins. (en gras dans le texte) […] Soigner chacun est un élément fondateur de notre pacte républicain ».

Ce médecin travaille-t-il dans le même pays que les services de pédopsychiatrie ? Comment peut-il ignorer que nombre d’enfants n’accèdent pas aux soins, et cela depuis plusieurs années ?

Mercredi soir 27 janvier sur France 3, lors de l’émission « Pièces à Conviction » qui traitait des conditions alarmantes de mises en danger des enfants dits « placés » de l’Aide Sociale à l’Enfance, Adrien Taquet notre secrétaire à la protection de l’enfance l’a affirmé deux fois : « le problème est que la pédopsychiatrie est à terre ». Depuis vingt ans elle le clame, elle le crie, elle alerte…. sans effets. Ainsi la cause des enfants semble inaudible, tant par nos politiques, nos hauts fonctionnaires d’état, notre président du Conseil national de l’Ordre… et les soignants sont en train d’en payer le prix fort. La culpabilité est en train de les terrasser. On achève bien la pédopsychiatrie pourrait-on se dire, en parodiant le titre du film « On achève bien les chevaux » qui dénonce l’absurdité de la condition humaine dans une danse marathon déshumanisante.

Porter le problème devant les tribunaux pourrait être une alternative aux maladies et autres risques psycho-sociaux encourus par les soignants. Et, à l’instar du Tribunal administratif qui reconnaît le bien-fondé de la plainte portée par les associations de « l’Affaire du siècle » pour carence de l’Etat dans sa responsabilité écologique, rêver que la justice reconnaisse la responsabilité de l’Etat dans les souffrances occasionnées aux citoyens-patients et aux fonctionnaires-soignants en sous effectifs structurels depuis de nombreuses années.

  • i Mediapart, 04.02.2021, « 2020-2021, une année noire pour les parents des étudiants », Khedidja Zerouali. 
  • ii Libération, 15.01.2021, « l’aide psychologique universitaire au bout du rouleau », Elise Viniacourt,
  • iii Médiapart, 04.02.2021, op.cit.

Billet 4 – janvier 2021- Dr Anne ENOT pédopsychiatre Isère

Catégories
Uncategorized

Bonne année 2021

Voeux 2021 et présentation INITIATIV’ Voir la version en ligne
Toute l’équipe d’INITIATIV’ vous souhaite une Bonne Année 2021. Ensemble continuons de prendre soin et d’accompagner les organisations et les personnes au service d’un développement économique social et solidaire. 
Nous vous remercions pour votre confiance !!!!

INITIATIV’ – QUI SOMMES-NOUS ? Plaquette de présentation

Association implantée sur le Territoire du Nord Grand Terre, INITIATIV’ propose d’accompagner les Hommes et les Territoires dans leurs développements. L’objet et les activités d’INITIATIV’ en font une organisation socialement responsable au service in fine des résidents du territoire d’intervention. En tant qu’entreprise de l’économie sociale et solidaire, nous orientons l’intégralité de nos postures dans la recherche de la mobilisation des ressources, des personnes et des collectivités sous forme d’ateliers, formations, conseils, séances de travail, aidant à mobiliser les connaissances vers l’élaboration commune de solutions destinées à transformer les situations.A l’intermédiaire des politiques publiques de l’ESS, l’IAE et l’Économie circulaire, nous proposons d’intervenir aussi bien dans le cadre de marchés publics, d’appel d’offres et d’appel à projets qu’auprès des personnes et des collectifs.

NOS ACTIVITÉS, PRESTATIONS, FORMATIONS ET APPROCHES MÉTHODOLOGIQUES 

Pour découvrir nos travaux vous pouvez suivre les liens ci-dessous :

Notre catalogue de formation 2020 – 2021
Nos offres de services
Un appui spécifique association, TPE et PME
Notre approche méthodologique


APINESS : RENCONTRE ET CRÉATION POUR L’INNOVATION 
L’offre de service d’APINESS détaillée

Né de la rencontre d’INITIATIV’ et de la FÉDÉRATION COORACE, APINESS est l’outil guadeloupéen d’Appui aux Projets d’Initiatives Economiques Sociales et Solidaires portés et développés par les acteurs publics. L’objet liminaire de cette filiale à INITIATIV’ s’attache à favoriser l’implantation du réseau COORACE en Guadeloupe, dont l’objectif premier est la réponse conjointe aux marchés publics visant la structuration du secteur de l’IAE et de l’ESS en Guadeloupe. L’objectif commun est de contribuer à l’émergence d’un nouveau modèle de développement économique, solidaire et durable, ancré dans les territoires, créateur de richesses, de services et d’emplois de qualité, accessibles à toutes et à tous, et vecteurs de droits, notamment pour les personnes les plus précarisées sur le marché du travail.

Une offre de service commune a été pensée pour le territoire Guadeloupéen


Association loi de 1901 enregistrée sous le n° : W9G2005074 Déclaration d’activité enregistrée sous le n°01 97 31961 97 auprès du Préfet de la région de GUADELOUPE

N° SIRET : 83999969500019 – code APE : 9499 Z
Adresse : Route de la savane brûlée – Gros Cap – 97131 PETIT CANAL

Téléphone : 0696 88 44 41 ou 0690 00 65 08
Mail : contact@initiativ971.fr
Site web : www.initiativ971.fr
Catégories
Uncategorized

2020 l’année de toutes les surprises, vivement 2021

Jean-Claude Toquin

Catégories
Uncategorized

ESS et transition écologique dans les territoires outre-mer

Une opportunité de comprendre en quoi l’ESS peut être un levier pour la transition écologique. L’Institut d’Accompagnement Systémique de Lyon et son partenaire Initiativ’ en Guadeloupe accompagnent les structures de l’ESS et plus particulièrement les « SIAE » dans un processus de structuration et de développement vers une prise en compte de la transition écologique.

https://www.avise.org/decouvrir-less/insertion-par-lactivite-economique/les-structures-de-liae-une-definition-commune

Catégories
Uncategorized

Corps et Gestalt- Thérapie

La vision « Psycho-Corporelle » de la Gestalt-Thérapie en fait une approche originale et systémique.

https://www.dunod.com/livres-chantal-masquelier-savatier